Version imprimable

Current Size: 100%

A la poursuite du diamant noir… de Touraine

Peut-être faites-vous partie de ces chanceux qui, en ces fêtes de fin d’année, ont eu l’infini plaisir de goûter à la «Tuber Mélanosporum», la reine de la truffe, mais peut-être ignorez-vous aussi que la truffe est cultivée dans nos contrées depuis 1790 ?

 

Une culture ancestrale

Et oui, qui l’eut cru ? La trufficulture a bel et bien vu le jour en terres rabelaisiennes, plus précisément à Beuxes, petite commune poitevine située entre Loudun dans la Vienne et Chinon en Indre-et-Loire, au lieu-dit du Grand-Ponçay, où Pierre Mauléon (1744-1831), meunier de profession, comprit aux alentours de 1790 qu’il existait un lien entre le chêne, les « Galluches », terres calcaires caillouteuses de mauvaises qualité et l’apparition de la truffe. Car si la truffe sauvage se récoltait depuis le XIVème siècle dans diverses régions de France comme en attestent de nombreux documents, entre autres des contrats de fermage, personne, jusqu’alors, n’avait eu l’idée de la cultiver*.

C’est donc en semant des glands issus de chênes donnant des truffes dans ces terres

« gallucheuses », reproduisant ainsi leur environnement naturel, que le brave homme provoqua la formation de truffières et put récolter quelques années plus tard le fameux

« tubercule ». Il nous faut également mentionner un certain Joseph Talon, paysan dans le Vaucluse, qui en 1811 en vint aux mêmes conclusions et réussit lui aussi à ensemencer des parcelles. Ce dernier est d’ailleurs considéré comme l’inventeur de la trufficulture provençale.

Tout au long du XIXème, la culture de la truffe connut un véritable essor, en raison notamment de la disparition de la vigne par le phylloxéra. Le début du XXème siècle vit peu à peu la culture de la truffe disparaître. Principales causes de ce déclin, la Grande Guerre, le manque de main-d’œuvre et un peu plus tard l’industrialisation. La trufficulture fut en effet peu à peu abandonnée au profit de nouvelles cultures plus productives et moins risquées économiquement.

 

truffière, chinon

La renaissance

Il faudra attendre le milieu des années 70 pour que la trufficulture, grâce à des travaux sur la mycorhization menés par l’INRA et à l’audace de pionniers, soit relancée en Touraine, notamment dans le bassin du Richelais et du Chinonais. Peu à peu, la truffe reconquit les terres tourangelles. Aujourd’hui, il existe dans le département d’Indre-et-Loire près de 500 hectares de truffières dont 150 à Chinon pour 25 000 hectares de truffières sur l’ensemble du pays. L’Association des Trufficulteurs de Touraine regroupe 120 producteurs. En 2015, au niveau national, on a chiffré la récolte de truffes entre 50 et 60 tonnes avec une production moyenne de 2kg de truffes par hectare et par an. Dans le département, pour la même année, il aura été récolté environ 1 tonne du précieux champignon*.

Toujours plus nombreux à se lancer dans l’aventure, les trufficulteurs du département se sont regroupés au sein d’associations. Ainsi, l’Association des trufficulteurs de Touraine fondée dans les années 80 s’est fixée pour principal objectif la promotion de la trufficulture au travers notamment de la plantation et de la formation des trufficulteurs. De même, à Marigny-Marmande, en décembre 1994, producteurs et acteurs locaux ont décidé de s’unir pour la mise en place du premier marché aux truffes.

Plus récemment, sur les terres chinonaises, a été créé le Syndicat de la truffe rabelaisienne qui regroupe des passionnés, des amoureux et des professionnels de la truffe et qui s'organise autour de trois missions : la promotion de la truffe rabelaisienne au travers de la Fête de la Truffe à Chinon, et de tous les événements et activités culturelles qui en découlent, son développement, qui vise à mettre en synergie les acteurs de la production et sa mise en valeur avec les acteurs de la gastronomie locale. Ainsi, la truffe retrouve peu à peu la place qui lui revient dans le paysage agricole de Touraine.

 

Sur la piste de la « Mélano » de Touraine

Si vous souhaitez en apprendre un peu plus et vous lancer à votre tour sur la piste de la truffe noire de Touraine, à noter dans vos agendas le célèbre marché aux truffes de Marigny-Marmande les samedis 7 et 21 Janvier 2017 et le samedi 11 Février 2017.

Et à ne manquer, sous aucun prétexte, la deuxième édition de la Fête de la truffe à Chinon qui se tiendra le samedi 21 janvier, de 10h à 19h, sur la place de l’Hôtel de ville, avec un parcours ludique autour de la truffe, de nombreux exposants, des démonstrations de cavage et à partir de 19h, dans les caves sculptées de Beaumont-en-Véron, le Gala et le dîner (sur réservation). A noter une autre occasion de faire connaissance avec « la mélano », comme ses amoureux la nomment plus communément, le 1er marché aux truffes de Richelieu qui sera inauguré le samedi 4 février lors du Chapitre de la Templerie des Fleure-Truffes et Gouste Foies Gras en Riches Lieux de Touraine.

De même, quelques trufficulteurs passionnés et passionnants vous accueilleront avec plaisir dans leur truffière pour partager leur attachement à ce mystérieux champignon. Nous avons contacté l’un d’entre eux à Sainte-Maure de Touraine. Il a accepté avec gentillesse de répondre à nos questions.

 

 

 

Portrait - Alain Gaudain

M. Alain Gaudain, trufficulteur à Sainte-Maure de Touraine, a débuté son activité en 2005 au terme de 2 ans de recherches dans la Drôme auprès de trufficulteurs confirmés et dans le secteur de Marigny-Marmande où il avait rencontré notamment M. Monnier, précurseur en la matière. Il possède aujourd’hui une truffière de 2.5 hectares composée de pas moins de 12 essences d’arbres mycorhizés, ce qui en fait sa particularité. Dans les plantations truffières, on retrouve plus traditionnellement trois essences d’arbre : le chêne vert, le chêne pubescent et le chêne pédonculé. Lui, a choisi de planter également des essences plus marginales comme les charmes, les charmilles, les pins ou bien encore les tilleuls. Il lui aura fallu attendre 6 ans pour récolter la toute première truffe et 10 ans pour que son activité soit considérée comme productive. Si certains font appel à des personnes extérieures pour réaliser le cavage (action de rechercher les truffes) Alain préfère de loin travailler en étroite collaboration avec son Setter anglais.

Et lorsqu’on l’interroge sur ce qui l’a poussé à se lancer dans l’aventure Tuber Mélanosporum il insiste sur un point : ce n’est sûrement pas la recherche de profit, mais son lien à la terre et le fait que la trufficulture soit tout sauf une science exacte. C’est une culture imprévisible qui recèle de mystères et qui chaque année nécessite une remise en question des moyens employés. C’est une quête permanente qui fait du trufficulteur un alchimiste de la terre et qui lorsqu’elle aboutit donne lieu à des instants magiques. Il nous parle aussi d’humilité et de partage. Car selon lui, quiconque envisage de s’investir dans la culture de la truffe se doit de rester humble parce qu’il n’existe pas de recette miracle. Et c’est volontiers qu’il accepte de partager sa passion en accueillant dans sa truffière toute personne désireuse de découvrir cette activité encore trop peu connue des tourangeaux eux-mêmes (sur rendez-vous). Lors de la visite, il vous apprendra également comment choisir, conserver et déguster la truffe de façon à ne rien perdre des propriétés organoleptiques qui font toute l’exception de ce petit champignon souterrain.

 

 

Quelques adresses...

 

M. Alain Gaudain

Truffes et Safran de Touraine,

visite de la safranière et de la truffière en saison sur réservation.

www.truffes-safran.com

23 rue du Moulin

37800 Sainte-Maure de Touraine

Tél. 02 47 65 53 47/06 82 28 55 32

 

Justin Raimbault,

éleveur et dresseur de chiens et cochons pour le cavage

Le Moulin des mées à Marçay

Tél.06 82 26 71 85

 

Le Diamant Noir dans votre assiette

 

Au Chapeau Rouge

www.auchapeaurouge.fr

49 place du Général de Gaulle

37500 Chinon

Tél. 02 47 98 08 08

 

La Table de Marçay

www.chateaudemarcay.com

Route du Château

37500 Marçay

Tél. 02 47 93 03 47

 

 

*Sources

 

La Truffe Rabelaisienne

www.truffe-rabelaisienne.com

Tél. 06 84 22 60 31/06 60 63 22 33/07 81 19 67 93

 

L’Association des trufficulteurs de Touraine

www.latruffedetouraine.fr

Tél. 02-47-48-37-64

 

Association du Marché aux truffes de Marigny-Marmande

www.truffesdemarigny-marmande.com

M. Jean Thomas (Président)

Tél. 02 47 58 38 91

 

Académie de Touraine

www.academie-de-touraine.com

  • Français
  • English
  • Deutsch